Inscription newsletter

Fermer
Inscrivez ci-dessous votre e-mail pour recevoir notre newsletter

Désinscription newsletter

Fermer
Nous vous confirmons que vous avez bien été désabonné de la newsletter.
Accueil > Se déplacer aujourd'hui > Avions et bateaux

Le retour des dirigeables

Date de publication : 30/04/2014
Format : Vu sur le web
Crédits : dirisolar
77 ans après la catastrophe du Hindenburg, le dirigeable, abandonné à l’époque car trop dangereux, pourrait bien faire son grand retour dans le transport d’hommes et de fret.

Dirisolar, zeppelin solaire


En 2011, l’entreprise Dirisolar remporte le prix de l’innovation au salon du Bourget avec le DS0.6. Ce dirigeable modèle réduit présente la particularité d’avoir un fond plat, ce qui lui permet d’évoluer près du sol sans être ballotté par le vent.







Aujourd’hui, Dirisolar lance une collecte de fonds pour construire un modèle grandeur nature, le DS 1500.

Ce dirigeable est conçu comme un véhicule de loisir et d’exploration. Sa cabine pourra accueillir cinq personnes, et, grâce au fond plat, aucune assistance au sol ne sera nécessaire à l'atterrissage ou au décollage.


Enfin, les moteurs du DS 1500 seront alimentés par des panneaux solaires recouvrant la surface du ballon. Comme l’avion Solar Impulse dont nous vous parlions il y a deux semaines, l’appareil pourra donc voler sans interruption, sans carburant.







Stratobus, satellite frugal


Thales Alenia Space travaille au lancement en 2020 de Stratobus, un ballon solaire de 100 mètres de long pour 30 de large. Évoluant à 20 000 mètres d’altitude, il n’aura pas vocation à être un moyen de transport, mais plutôt un simili-satellite. Si la zone qu’il pourra couvrir sera plus restreinte que celle couverte par un satellite classique, Stratobus coûtera moins cher et sera plus économe en énergie.


D’une part, il monte tout seul à son altitude de croisière sans avoir besoin de lanceur. Une fois là-haut, sa propulsion est solaire. Stratobus testera un nouveau procédé réfléchissant la lumière à l’intérieur du ballon lui-même, jusqu’à obtenir une énergie équivalente à trois soleils.







Pelican : un cargo volant


Long de 79 mètres et capable de transporter 66 tonnes de cargaison, le Pelican d’Aeros Corporation serait le premier dirigeable géant à prendre son envol depuis le fameux Hindenburg. Plus rapide qu’un bateau et moins couteux qu’un avion, ce gigantesque ballon en fibre de carbone rempli d’hélium intéresse beaucoup le Pentagone qui a d’ores et déjà investi dans le projet.







Et la vidéo de l'émission FutureMag sur le sujet (à voir sur Arte tous les samedi à 13h30).



01/05/2014
"Ces engins sont magnifiques. A l'heure ou on cherche a fzire des avions électrique, on avait presque oublié qu'il existe déjà des appareils volants performants, silencieux, écologiques. Et puisqu'on utilise plus l'hydrogène, même pas dangereux. Se déplacer autrement, même dans les airs voici un beau rêve qui pourrait bientôt se réaliser."
Donnez votre avis
1 2 3 4
Saisissez les caractères qui s'affichent dans l'image *
* Champs obligatoires
Les commentaires sont soumis à modération avant publication.