Inscription newsletter

Fermer
Inscrivez ci-dessous votre e-mail pour recevoir notre newsletter

Désinscription newsletter

Fermer
Nous vous confirmons que vous avez bien été désabonné de la newsletter.
Accueil > Se déplacer aujourd'hui > Piétons

La marche, une mobilité saine et économique !

Date de publication : 29/08/2012
Format : Vu sur le web
Passage piéton - Flickr

La marche est le mode de déplacement le plus naturel pour l’homme, et le premier qu’il acquiert. Pourtant aujourd’hui, avec le développement des transports en commun ou de la voiture, il semble que l’on ait oublié l’importance de se déplacer sur nos deux pieds.

Economique, bonne pour notre santé et l’environnement, plusieurs articles cette semaine sur le web nous incitent à renouer avec cette mobilité douce.

Marcher plutôt que rouler


Parmi les alternatives à la voiture, la marche n’est pas une option à délaisser. Certes, elle n’est pas le plus rapide des modes de déplacement, et ne permet pas de couvrir tous vos déplacements ; mais associées aux transports en commun ou au vélo, elle fera une grosse différence, pour l’environnement et votre santé.


Le Montreal Express explique notamment que les usagers quotidiens des transports en commun agissent à la fois pour leur porte-monnaie et pour leur santé. D’un métro à l’autre, d’un bus à son domicile, l’usager marche en moyenne trente minutes ; une action non négligeable pour la réduction des gaz à effet de serre.



Marcher pour se rendre à l’école


Si les bénéfices de la marche ne sont donc plus à prouver, il est important de souligner que c’est dès leur plus jeune âge qu’il faut montrer aux enfants les bienfaits de ce mode de déplacement. Le trajet pour se rendre à l’école est donc un bon prétexte pour initier les plus petits.


Pourtant, cette pratique reste trop marginale, démontre un rapport officiel au Canada. Ainsi, presque la moitié des enfants dans ce pays, exécute moins de trois heures de jeux actifs par semaine. Le site Orangeville, qui retranscrit les éléments de ce rapport, précise qu’un aller-retour de l’école au domicile permettrait d’atteindre les soixante minutes d’activité quotidienne nécessaire à la santé d’un enfant.



La marche : un mode de déplacement à haut risque ?


La hausse de la mortalité routière, et notamment piétonne, en juillet 2012 a pu inquiéter de nombreux adeptes de la marche.


Le Figaro rappelle cependant que même si ces accidents sont tragiques, d’importants efforts ont été réalisés par les pouvoirs locaux pour garantir davantage la sécurité des piétons. Ainsi, alors qu’on atteignait en France pour l’année 1971, un total de 3 339 piétons tués, sur les douze mois entre 2011 et 2012, on ne comptabilise que 479 morts sur le territoire.


Un chiffre qui certes, sera toujours trop élevé, mais qui invite à se méfier des effets de loupe médiatiques.



Du jogging à la bonne action


Et si l’on donnait du sens aux milliers de déplacementseffectuées par les joggers urbains quotidiennement ? C’est ce qu’a imaginé le directeur du projet GoodGymlancé en 2010 à Tower Hamlets, un district londonien.


Avec GoodGym, le trajet du jogger ne se limite plus à x tours du parc. Membre du projet, il est chargé lors de son parcours de jogging de livrer des courses ou porter le journal à une personne isolée. La performance sportive prend une dimension sociale ! Avec ses 70 membres et quelques 1000 courses par mois, le projet GoodGymbrise la solitude d’une trentaine de personnes âgées vivant à Tower Hamlets, rapporte l’association Local Government.


Les prochaines étapes ? Barcelone, New York, Chicago et même l’Australie. De nombreuses villes sont preneuses de projets citoyens, qui contribuent au bien-être de tous.



La mobilité en fauteuil : un calvaire à Paris


Il semblerait normal que tant d’efforts déployés pour faire marcher les citadins soient également entrepris pour la mobilité des personnes en fauteuil. De nombreux progrès restent pourtant à faire à Paris.


Si les transports en commun ont démontré une réelle volonté d’améliorer leur accessibilité (palettes dans les bus, rampes dans les métros, etc.), d’autres chantiers doivent être entrepris dans la capitale pour s’adapter aux fauteuils roulants.

Le site Paris Dépêches suit ainsi le parcours semé d’embûches de Joël Nekkab, qui a fait de l’accessibilité à Paris son cheval de bataille.

Donnez votre avis
1 2 3 4
Saisissez les caractères qui s'affichent dans l'image *
* Champs obligatoires
Les commentaires sont soumis à modération avant publication.

Suivez-nous