Inscription newsletter

Fermer
Inscrivez ci-dessous votre e-mail pour recevoir notre newsletter

Désinscription newsletter

Fermer
Nous vous confirmons que vous avez bien été désabonné de la newsletter.
Accueil > Se déplacer aujourd'hui > Véhicules électriques et hybrides

Interview : La Poste, entreprise pionnière de la mobilité durable

Date de publication : 16/01/2013
Format : Fil d'info
Crédit : Mary.Do
À l’occasion de la sortie de notre dossier sur les flottes électriques d’entreprise, Christelle Chabredier, chargée des relations institutionnelles et directrice du projet Véhicule électrique pour le groupe La Poste, répond aux questions de Mobilité-durable.org.

Mobilité Durable : Pouvez-vous retracer l’histoire de l’engagement de La Poste envers la mobilité durable ?


Christelle Chabredier : La Poste est une entreprise pionnière en matière de mobilité durable. Dès 1904, au moment où l’on abandonne les chevaux pour utiliser la voiture, La Poste s’était équipée de douze véhicules électriques qui constituent l’ensemble de sa flotte. Mais c’est depuis 2003 que La Poste est devenue un pilier de la transition vers l’électrique. Jean-Paul Bailly, directeur du groupe, a été sollicité en 2008 pour le Grenelle de l’Environnement. Il a alors dressé les prospectives de l’usage du véhicule électrique en entreprise. À partir de son étude, deux pistes principales ont été développées : l’autopartage, qui correspond à l’évolution des usages ; et la flotte électrique d’entreprise.



MD : Pouvez-vous nous résumer, en quelques chiffres, le projet de mobilité électrique de La Poste ?


CC : La Poste s’est équipée d’une flotte électrique importante qui va du vélo à assistance électrique au TGV. Elle compte aujourd’hui 60 000 voitures électriques, 10 000 vélos à assistance électrique, près de 1 000 chariots, 200 quatre-roues. L’entreprise compte 2 000 véhicules utilitaires légers, et compte en posséder 10 000 à l’horizon de 2015. Il s’agit également de s’équiper uniquement de deux-roues électriques, qui font baisser le niveau d’accidentologie par rapport aux véhicules motorisés.

MD : Comment les postier-e-s ont-ils accueilli la transition vers l’électrique ?


CC : L’accueil a été très positif, le véhicule électrique est facile et agréable à conduire. 70 000 postier-e-s ont été formé-e-s en 2012 et La Poste a développé à l’occasion une filiale de formation, Mobigreen, qui s’occupe de former à l’écoconduite des individus internes et externes à l’entreprise. Le véhicule électrique correspond aux besoins des postier-e-s en termes de qualité de conduite et de conditions de travail. Il n’y a plus à passer les vitesses et la voiture est très silencieuse. Il s’agit d’ailleurs plus de pilotage que de conduite. Il faut alors être attentif et conduire intelligemment.

MD : En quoi cette transition s’inscrit-elle dans l’élaboration de la ville de demain ?


CC : La Poste a fait le choix d’anticiper pour ne pas subir les transformations, et développe au quotidien une réelle capacité d’initiative. Parce que La Poste est aussi une institution, elle se situe au centre d’une vision globale de la ville de demain. En tant qu’acteur du territoire, le groupe La Poste est toujours confronté aux innovations et évolutions technologiques. Elle agit au niveau des communautés urbaines et se fait alors l’associée des évolutions de la ville et de la mobilité.
Donnez votre avis
1 2 3 4
Saisissez les caractères qui s'affichent dans l'image *
* Champs obligatoires
Les commentaires sont soumis à modération avant publication.